Les enfants et leur vécu du divorce

D’

une manière générale, les enfants dont les parents sont séparés ou divorcés présentent davantage de troubles comportementaux ou affectifs que les enfants vivant dans des familles intactes. Les répercussions sur le développement des enfants se retrouvent à court terme et à long terme (source: Amato et Keith, méta-analyse de 1991 sur 13’000 enfants).

  • Les difficultés des enfants de parents séparés peuvent être dues à la séparation en elle-même, mais aussi à une situation délétère de longue date (famille dysfonctionnelle, témoin de violences conjugales, etc.). Plus clairement encore, c’est le fait que des conflits parentaux se perpétuent après la séparation qui pose problème dans le cadre d’un couple qui se sépare. Une étude a toutefois démontré que de grandir dans une famille très hautement conflictuelle présente un risque plus important que la séparation. 
  • Les troubles affectifs comprennent entre autres : baisse de la motivation, soit des notes et des activités extra-scolaires, comportement oppositionnel, agressif, antisocial ou internalisé, émotions de honte, tristesse, culpabilité, détresse, doutes, voire troubles de l’humeur, problèmes cognitifs, adaptation sociale difficile.

Ce cadre posé, vous pouvez limiter ces risques en étant conscients de certains phénomènes :

  • Il arrive que les parents se séparant fassent « le vide » durant un certain temps. Soyez-y attentif-ve.
  • Au moment de la séparation, le style éducatif précédent (la recherche indique qu’il existe quatre types de style parental : autoritaire, permissif, démocratique, désengagé et négligent) va perdurer et un désaccord sur le style aura des conséquences très néfastes.
  • Statistiquement, le divorce est plus difficilement vécu par les garçons que par les filles.
  • Ne croyez pas que, à l’adolescence, vos enfants iront « mieux » : la période est plus difficile encore en raison de l’émergence des questions intimes et les enfants prennent plus facilement partie à cette période.
  • Un divorce « rapide » — moins de deux ans après la séparation — est plus souvent en cause s’agissant des enfants en difficulté qu’un divorce effectué après deux ans.

… et en adoptant des comportements judicieux avec votre progéniture :

  • Informez de manière adéquate les enfants : ceux-ci doivent savoir que leurs parents se séparent (!), connaître le cadre décidé par les deux parents.
  • « Il n’a rien fait avant, je ne comprends pas pourquoi il devrait devenir un papa maintenant ». Cette posture, si elle peut apporter un certain confort chez la mère et cache difficilement une vraie souffrance, est néfaste pour l’enfant selon un consensus largement partagé chez les professionnels. 

Je me permets de vous recommander un petit livre fabuleux à cet égard : Être parents après la séparation, par le médiateur et écrivain romand Jacques Biolley. Ce petit livre, établi sur des bases très pratiques et illustré de propos imaginaires mais très réalistes, enseigne les éléments de base sur le vécu d'un enfant et fournit à ses parents les outils indispensables pour que leur enfant traverse au mieux cette période.

Damien Hottelier
damien@hottelier.me